• Emma Nadler, un sacré mérite.

    Emma Nadler, un sacré mérite.

    Est republicain, édition du 8 mars 2016

     . Pas évident de s’illustrer en ski alpin quand l’hiver peine à délivrer suffisamment de neige. Alors imaginez quand vous venez, en plus, d’une « ville » au cœur du pays de Montbéliard à 50 km des premières pistes dignes de ce nom. Pourtant Emma Nadler, 13 ans, s’accoutume fort bien de ce double handicap puisqu’elle est l’une des skieuses les plus douées de sa génération du Massif jurassien, sous la combinaison du SC Audincourt.

    « Pour le moment, la meilleure, c’est une fille de Saint-Genis dans l’Ain, Alicia Monnet. Elle m’a battue deux fois et moi je n’ai fini qu’une fois devant elle », précisait la demoiselle avant de disputer ce week-end un Coq d’argent de la plus haute importance à Lélex. « C’est là que seront qualifiés les trois premiers de chaque catégorie pour aller au prestigieux Coq d’Or », indique Bertrand Nadler, le papa d’Emma, membre du CD 25. Le Coq d’Or Open ESF qui regroupe les meilleurs jeunes Français (U12/U14).

    À Albertville ?

    Mais comment diable fait Emma pour rivaliser avec les meilleures en habitant Valentigney. « Il faut avoir des parents super-sympas qui font des kilomètres et des kilomètres pour vous emmener un peu partout là où il y a de la neige, comme à Métabief, tous les mercredis. Et encore, il n’y a pas eu beaucoup de neige cette année. »

    Reconnaissante Emma, qui pense qu’elle a dû chausser ses premières lattes « vers 2 ans et demi, 3 ans ». De ses premières années de compétition, elle a déjà retenu de jolies choses. Et quand on lui demande de citer un moment fort de sa carrière naissante, Emma n’hésite pas longtemps : « C’était fin janvier à Serre Chevalier. Il y avait un très bon niveau et moi j’avais fini 3e de cette épreuve qui se disputait sous la forme de trois manches de géant. Au général, la première était qualifiée pour aller à la Topolino une grande course en Italie, et la 2e à la Pokal Cup à Zagreb. Moi j’ai raté de peu la qualification », lâche-t-elle sans trop de regrets.

    Quelle que soit l’issue de son duel du week-end à Lélex, où elle a donc vécu l’une de ses désillusions de l’hiver (elle a gagné la première manche… avant de perdre un ski dans la deuxième et d’être ainsi éliminée, via le parcours FFS, de la route vers le Coq d’Or -lire notre édition d’hier-), Emma a l’espoir de performer encore en ski. Pour aller, pourquoi pas, jusqu’au plus haut niveau. Quand on est en 4e (au collège des Bruyères à Valentigney), cela ne peut être qu’un doux rêve. Mais rejoindre un jour le sport-études d’Albertville a beaucoup plus des allures d’ambitions. « C’est dur d’entrer dans ce lycée, mais je suis en tous les cas prête à quitter mes parents, ma maison, s’il le faut, pour progresser. »

    Yvan GOEPFERT

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter